Marc Vanduffel Création

Carte géographique (Araschnia levana)

Carte géographique | (Araschnia levana)

Papillons diurnes / Nymphalidés
Carte géographique

Originaire de l’Europe du sud-est, cette espèce est apparue en Wallonie dans les années ’30.

Il s’agit d’une espèce généraliste se reproduisant sur l’ortie, présente et stable dans toutes les régions biogéographiques.

Elle semble cependant un peu plus rare au nord du sillon sambro-mosan.

Deux à trois formes se succèdent au fil des saisons.

Carte géographique Araschnia levana Papillons

Espèce menacée : Non

Evolution actuel : Extension

Espèce invasive : Non

Liste Rouge : Non

L’espèce est présente dans toutes les régions biogéographiques.

Elle est très commune en Fagne-Famenne-Calestienne et en Lorraine, commune en Ardenne et dans le Condroz, et semi-rare au nord du sillon sambro-mosan.

Cette espèce a la particularité de présenter un dimorphisme saisonnier remarquable.

La forme printanière levana apparaît orange, avec des dessins noirs bien visibles.

La forme estivale prorsa est par contre noire, et juste traversée horizontalement par une bande de taches blanches et une autre, beaucoup plus fine, orange.

Une troisième forme, porima, existe mais est beaucoup plus rare.

Elle est noire à bandes fauves.

Le dessous d’Araschnia levana est brun violacé avec un réseau de traits blancs rappelant les routes d’une carte géographique.

La forme prorsa possède, en plus de cette trame, une bande blanche.

L’espèce fréquente les milieux frais avec orties situés en lisière forestière : clairières, prairies humides, bois feuillus clairs, rives de ruisseaux.

Les chenilles se nourrissent sur l’ortie (Urtica dioica). 

Les oeufs, pondus sous les feuilles d’ortie, sont étagés par groupes d’une dizaine.

Cycle de vie : 2 générations : une génération printanière (forme claire « levana ») et une génération estivale (forme foncée « prorsa »), parfois une troisième génération (forme intermédiaire « porima »).

Elle vole surtout de mi-avril à début septembre, avec un premier pic en mai, et un second fin juillet.

L’espèce hiverne au stade chrysalide.

Cette espèce est très stable en Wallonie.

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur tumblr
Tumblr

Selection du Jour

Retour haut de page