Marc Vanduffel Création

Machaon (Papilio Machaon)

Machaon | (Papilio machaon)

Papillons diurnes / Papilionidés
Machaon

Le machaon est une espèce généraliste qui s’observe surtout dans les milieux ouverts riches en Apiacées.

Il est commun dans toutes les régions sauf en Ardenne.

L’espèce est stable voire en extension dans certaines régions.

Machaon Papilio Machaon papillon

Espèce menacée : Non

Evolution actuel : Extension

Espèce invasive : Non

Liste Rouge : Non

Cette espèce est répandue dans toutes les régions biogéographiques sauf en Ardenne, où elle semble moins fréquente.

Le Machaon peut être confondu avec le Flambé.

Les ailes du Flambé sont « blanc crème » ou jaune très pâle, alors qu’elles sont d’un jaune orangé beaucoup plus vif chez le Machaon.

Les ailes du Flambé sont barrés de bandes noires transversales alors que les dessins du Machaon sont plus irréguliers.

Le Machaon arbore une tache orange très visible au bout des ailes postérieures, elles-mêmes prolongées par des petites queues allongées.

Ce papillon fréquente les milieux ouverts variés tels que les prairies, jardins, lisières, friches, terrils, milieux humides, prés secs buissonneux…

Les femelles pondent sur de nombreuses Apiacées dont Daucus carota (w), Pimpinella saxifraga (w), Selinum carvifolia (w), Seseli libanotis (w), Angelica sylvestris (w), Silaum silaus (w), Anethum graveolens (w), Petroselinum crispum (w), Foeniculum vulgare (w), Pastinaca sativa (w), Peucedanum palustre (w), Bupleurum falcatum, Carum carvi, Heracleum sphondylium, Meum athamanticum, Aegopodium podagraria, mais aussi sur la Rutacée Ruta graveolens (w) et même sur la Rosacée Sanguisorba minor (w).

Les œufs sont isolés sur les feuilles.

Les adultes volent surtout d’avril à mi-septembre, avec un premier pic en mai (1ère génération) et un second pic de la fin juillet à début août (2ème génération).

L’espèce hiverne au stade chrysalide, non loin de la plante-hôte.

 

Cette espèce des milieux ouverts est assez stable voire en augmentation au niveau wallon.

Présente dans toutes les régions biogéographiques, elle est en extension au nord du sillon sambro-mosan, dans le Condroz et plus légèrement en Ardenne, où elle reste plus rare.

Elle apparaît stable en Fagne-Famenne-Calestienne, mais en régression en Lorraine.

Si l’élargissement général de l’échantillonnage a permis de récolter de nouvelles données, les changements climatiques pourraient également favoriser l’espèce.

 

Laisser un commentaire

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur tumblr
Tumblr

Selection du Jour

Retour haut de page